Texte hommage à tonio

antonio-hidalgo-a-droite-au-cote-du-matador-diego-urdiales-lors-dune-conference-de-presse-a-madrid-en-2016

Amis aficionados,

Ci-joint le texte lu lors de la messe en l’église de Saint-Médard pour l’enterrement de Tonio.

Nous remercions notre secrétaire d’avoir bien voulu lire ce texte, qui n’était pas chose facile dans ces conditions.

Le cercle taurin pleure son Président mais surtout son ami.

Tonio, aficionado de la première heure, tu as adhéré au cercle tout jeune . Tes connaissances et ton caractère affirmé t’ont naturellement amené à prendre la vice-président de 1998 à 2001, puis la Présidence dés 2002 jusqu’à ce jour.

La tauromachie était ta plus grande passion, passion que tu as su transmettre aux plus jeunes et partager avec tous ceux que tu côtoyais.

Les tertulias au Cercle taurin, à la sortie des corridas, resteront dans nos mémoires. C’était des grands moments d’échange, vifs, passionnés et parfois divergents mais qui se terminaient par un pot notamment le partage d’un verre de manzanilla, « Andalousie toujours là », réconciliant tout le monde en attendant la corrida suivante.

Que dire de ton chauvinisme pour les maestros andalous et surtout lorsque nous râlions après Morante. Tu trouvais toujours un enregistrement pour nous faire découvrir les rares moments de génie du maestro.

Impossible d’oublier ces voyages dans le sud de l’Espagne, ton pays d’origine, tes racines, à la découverte de ces terres dédiées au monde de la tauromachie, que tu défendais avec ferveur et opiniâtreté.

Que de bons moments partagés à Madrid, Seville, Salamanque, Cordoue, Jerez, Grenade, San Lucar, Badajoz, dans les arènes, au campo ou comme nous disons ici dans le sud-ouest, ton pays d’attache, lors de la 3ème mi-temps.

Tu ne manquais jamais, lorsque nous étions près de Grenade, de nous faire découvrir le village, berceau de ta famille, Pinar.

Nous n’oublions pas, les nombreuses soirées conférences organisées au cercle taurin que tu animais avec justesse, brio, convivialité et gentillesse.

Et que dire, lorsque tu montais au palco, simplement que nous étions fier de voir reconnaitre ta compétence par le milieu de l’aficion.

Tonio aujourd’hui ta famille est triste, l’aficion est triste, tes amis et membres du cercle taurin sont tristes. Tu laisses un grand vide, mais tous tes proches ayudas, peones et amis du cercle taurin continuerons de faire vivre la pena, de promouvoir, de défendre la culture taurine et de porter les valeurs auxquelles tu étais tant attachées.

Il nous faut remplacer la tristesse de t’avoir perdu par la joie de t’avoir connu.

Merci pour tout ce que tout nous a fait découvrir et partager, adios l’andalou, adishatz notre président et à la vista au paradis des aficionados.

Au nom du cercle taurin, j’adresse nos très sincères condoléances à toutes celles et tous ceux qui t’ont connu, apprécié, aimé.

Nos pensées vont tout particulièrement vers ta famille et tes proches.