Article vuelta a los toros sur la conférence Emilio de Justo

img_50249

Site Vuelta à los toros

 

Mont de Marsan : le cercle taurin montois a reçu le maestro Emilio de Justo

Le cercle taurin montois recevait vendredi soir dans son local, le torero de Caceres et qui fut la révélation de la temporada 2016 du Sud Ouest : Emilio de Justo accompagné de son apoderado français Ludovic Lelong Luisito.

Né le 16 février 1983 à Cáceres où il prit l’alternative le 26 mai 2007 avant de la confirmer l’année suivante à Madrid le 29 juin 2008 face à des toros de Juan Luis Fraile.

Il est peu connu en France où sa seule présentation fut en 2006 à Garlin en tant que novillero face à des novillos d’El Retamar.

Après cette confirmation, il passa beaucoup d’années sans beaucoup toréer, vivant de bric et de broc mais tout en gardant l’espoir de toréer.

Vivant à 10km de la ganaderia de Victorino Martin, il devient naturellement ami avec le fils Victorino où il est régulièrement invité à la finca pour tienter. Il est aujourd’hui celui qui connaît le mieux les toros du sorcier et le démontre à chaque fois qu’il tiente. Après quelques succès en 2013 et 2014 sur ses terres dont un encerrona à Hervàs face à des ganaderias différentes, où il coupa deux oreilles à un toro de… Victorino.

Grâce à sa collaboration avec Luisito, 2016 sera l’année de la renaissance. Orthez lui donne sa chance en juillet face à des toros d’Hoyo de la Gitana où il parvint à couper deux oreilles malgré la difficulté de ses opposants. Ce qui lui permet d’être appelé pour un nouveau contrat en octobre face à des toros de… Victorino Martin à Mont de Marsan. Pour Luisito, ce jour là était une évidence et n’avait aucun doute sur le fait qu’il allait triompher.

Pour Luisito, dans leur situation, il faut savoir garder la tête sur les épaules. Ils n’ont pas les moyens de refuser quoi que ce soit, mais s’il le peut, il s’efforcera de signer des contrats où Emilio pourra s’exprimer pour triompher. Les ganaderias comme Victorino, Adolfo, Palha…ne sont pas des ganaderias dites « dures » mais exigeantes.

L’année 2016, fut l’année où Emilio est allé acheter des graines. 2017 sera l’année où il viendra dans les arènes les semer et espère venir en 2018 pour les récolter.

Emilio a beaucoup d’espoir et d’illusion pour la temporada 2017, surtout en France et espère triompher dans les arènes importantes où il sera. Déjà annoncé en avril à Aignan qui lancera sa saison,  il sera sans aucun doute présent dans d’autres arènes du Sud Ouest.